Interview exclusive avec le djihadiste sénégalais Sadio Gassama

Jeudi 10 Décembre 2015

Sendirect

Avant-hier, nos confrères de Libération ont publié un article sur le djihadiste sénégalais Sadio Gassama qui se trouve actuellement en Libye. Tant sa trajectoire est impressionnante. En effet, d’étudiant en médecine qui avait un avenir prometteur dans ce domaine, le jeune homme de 25 ans a préféré tout abandonner au profit du djihad au pays de Muhamar Khadafi. Ce, depuis 03 mois. C’est en tout cas ce qu’il a confié en exclusivité à buzz.sn qui l’a contacté il y a quelques jours. Suite à ses publications sur Facebook, nous l’avons approché dans le but d’obtenir un entretien. Il a accédé à notre requête.

PEOPLE & BUZZ

Interview exclusive avec le djihadiste sénégalais Sadio Gassama

De notre dialogue, il est ressorti que Sadio Gassama est actuellement à Syrte, bastion de l’organisation de l’Etat islamique en Libye où comme lui, d’autres Sénégalais se sont engagés dans la « guerre sainte » contre ceux qu’ils appellent des « mécréants » ou « apostats ».

Dans la conversation qu’il a eue avec buzz.sn, il affirme avoir quitté le Sénégal pour multiples raisons. « Mais la raison importante est la non application de la charia au Sénégal et l’oppressions sans cesse des musulmans à travers le monde. J’ai appris que seul le jihad peut résoudre ce problème. C’est pourquoi je me suis engagé sur ce chemin », concède l’ancien agent de Médecins du monde.

Des regrets, il n’en a pas malgré tout ce qu’il a abandonné dans son pays natal. Mieux ou pis, il n’envisage pas un retour à la case départ. « L’idée de retourner au Sénégal n’a jamais effleuré mon esprit », évacue-t-il, faisant ainsi fi de toutes les inquiétudes de ses proches et amis.  Depuis qu’il est parti, il se susurre que son père qui vit à Ziguinchor meurt d’angoisse. Mais Sadio n’en a cure.

Nous avons tenté d’en savoir sur le trajet qui l’a mené dans le bourbier libyen, mais notre interlocuteur a opposé son veto sous le prétexte qu’il n’aimerait pas compromettre l’ « hégire » (Gaddaay) d’autres jeunes sénégalais qui ambitionneraient de grossir les rangs des djihadistes en Libye. Tout ce qu’il peut dire, c’est qu’ils « sont nombreux » mais faute de moyens financiers, certains d’entre eux ne peuvent, pour le moment, pas faire le grand voyage. Il suffit de survoler son profil et les commentaires de ses publications pour savoir qui est qui…

Dans la foulée, Sadio Gassama révèle qu’il a utilisé sa bourse d’étudiant pour partir. Un voyage qu’il a fait avec un autre Sénégalais dont il a tu le nom. Mais assure-t-il, « c’est facile de quitter le pays ». Lequel qu’il n’a aucun scrupule à qualifier de « terre de mécréance».

Selon le djihadiste sénégalais, nombreux sont ses compatriotes qui occupent de hautes fonctions au sein de l’organisation de l’Etat islamique. Cependant, notre tentative de lui tirer des noms a été frappée d’une fin de non-recevoir. Gassama nous confiera : « Je ne peux pas te donner des noms car nos ennemis veulent les éliminer ».
Avant-hier, nos confrères de Libération ont publié un article sur le djihadiste sénégalais Sadio Gassama qui se trouve actuellement en Libye. Tant sa trajectoire est impressionnante. En effet, d’étudiant en médecine qui avait un avenir prometteur dans ce domaine, le jeune homme de 25 ans a préféré tout abandonner au profit du djihad au pays de Muhamar Khadafi. Ce, depuis 03 mois. C’est en tout cas ce qu’il a confié en exclusivité à buzz.sn qui l’a contacté il y a quelques jours. Suite à ses publications sur Facebook, nous l’avons approché dans le but d’obtenir un entretien. Il a accédé à notre requête.

De notre dialogue, il est ressorti que Sadio Gassama est actuellement à Syrte, bastion de l’organisation de l’Etat islamique en Libye où comme lui, d’autres Sénégalais se sont engagés dans la « guerre sainte » contre ceux qu’ils appellent des « mécréants » ou « apostats ».

Dans la conversation qu’il a eue avec buzz.sn, il affirme avoir quitté le Sénégal pour multiples raisons. « Mais la raison importante est la non application de la charia au Sénégal et l’oppressions sans cesse des musulmans à travers le monde. J’ai appris que seul le jihad peut résoudre ce problème. C’est pourquoi je me suis engagé sur ce chemin », concède l’ancien agent de Médecins du monde.

Des regrets, il n’en a pas malgré tout ce qu’il a abandonné dans son pays natal. Mieux ou pis, il n’envisage pas un retour à la case départ. « L’idée de retourner au Sénégal n’a jamais effleuré mon esprit », évacue-t-il, faisant ainsi fi de toutes les inquiétudes de ses proches et amis.  Depuis qu’il est parti, il se susurre que son père qui vit à Ziguinchor meurt d’angoisse. Mais Sadio n’en a cure.

Nous avons tenté d’en savoir sur le trajet qui l’a mené dans le bourbier libyen, mais notre interlocuteur a opposé son veto sous le prétexte qu’il n’aimerait pas compromettre l’ « hégire » (Gaddaay) d’autres jeunes sénégalais qui ambitionneraient de grossir les rangs des djihadistes en Libye. Tout ce qu’il peut dire, c’est qu’ils « sont nombreux » mais faute de moyens financiers, certains d’entre eux ne peuvent, pour le moment, pas faire le grand voyage. Il suffit de survoler son profil et les commentaires de ses publications pour savoir qui est qui…

Dans la foulée, Sadio Gassama révèle qu’il a utilisé sa bourse d’étudiant pour partir. Un voyage qu’il a fait avec un autre Sénégalais dont il a tu le nom. Mais assure-t-il, « c’est facile de quitter le pays ». Lequel qu’il n’a aucun scrupule à qualifier de « terre de mécréance».

Selon le djihadiste sénégalais, nombreux sont ses compatriotes qui occupent de hautes fonctions au sein de l’organisation de l’Etat islamique. Cependant, notre tentative de lui tirer des noms a été frappée d’une fin de non-recevoir. Gassama nous confiera : « Je ne peux pas te donner des noms car nos ennemis veulent les éliminer ».
Auteur : Dakarposte.com

Nouveau commentaire :
Facebook

International | ACTUALITÉ | URGENT | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | RP & AUDIO | INTERVIEW | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Bien être | Lu ailleurs | QUI SOMMES NOUS ? | ​Fin du règne de Yaya Jammeh